De l'eau potable directement dans le cerveau

Herbert Decker
De l\'eau potable directement dans le cerveau -

De l'eau potable directement dans le cerveau

Le magazine de connaissances Scinexx a publié une étude d'où il ressort que les microplastiques provenant de l'eau potable se déposent directement dans notre cerveau. Wookbong Kwon de l'institut Daegu Gyeongbuk en Corée du Sud et ses collègues ont administré par voie orale à des souris pendant sept jours des microplastiques sous forme de billes de polystyrène. Les animaux ont reçu leur dose quotidienne à boire mélangée à de l'eau. En principe, le cerveau devrait être bien protégé contre ce type de contamination par la barrière hémato-encéphalique, mais les microplastiques ont pénétré directement dans le cerveau.

Les particules de polystyrène se sont déposées dans les cellules microgliales. Celles-ci sont considérées comme les cellules de défense du cerveau. En réaction aux agents pathogènes ou aux contaminations, elles libèrent des messagers et des toxines cellulaires, assumant ainsi une fonction similaire à celle des globules blancs dans le reste du corps. La croissance de ces cellules a diminué et elles se sont moins divisées. De plus, Kwon et son équipe ont observé des modifications de la morphologie des cellules, de la réaction immunitaire et de la mort cellulaire. Concrètement, l'ingestion de microplastiques a entraîné une augmentation de la production de médiateurs inflammatoires par les cellules microgliales. Au bout de quelques jours, on a également détecté une augmentation des marqueurs du suicide cellulaire.

Ces résultats indiquent que les microplastiques ont un effet neurotoxique dans le cerveau. Depuis longtemps déjà, les microparticules sont soupçonnées d'être impliquées dans diverses maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson. Kwon et son équipe mènent actuellement d'autres études afin d'examiner précisément les conséquences des particules dans le cerveau.